Une expérience de retraite Vipassana ne s’improvise pas. Si j’ai décidé de m’inscrire un peu sur un coup de tête, je me suis ensuite entraînée pour méditer avant l’entrée en retraite.

Et si on partait pour un Vipassana ?

Drôle de nom. Vipassana ? Avant 2018, je ne connaissais pas ce terme. C’est un ami qui m’en avait parlé et ça avait éveillé ma curiosité sans pour autant me donner envie de passer à l’acte. Quelques mois plus tard, je cherchais une retraite, un stage entre deux jobs… Yoga ? Retraite holistique ? Je n’étais pas encore décidée. Je venais d’emménager avec ma colocataire péruvienne Hesen à Sydney et nous étions sorties pour prendre des verres. J’ai parlé de cette envie de faire une retraite et une amie nous a lancé le mot : “VIPASSANA”. Nous nous sommes regardées avec Hesen (que je venais à peine de rencontrer) et c’était comme une évidence. Nous DEVIONS faire un Vipassana. Nous étions super excitées à cette idée et nous avions l’intuition que cela allait changer nos vies.

L’inscription sans hésitation

Quelque jours plus tard, on s’inscrivait à la retraite Vipassana de Janvier 2019 au coeur des Blue Mountains, à côté de Sydney. Il fallait s’y prendre tôt. Nous savions que les inscriptions seraient complètes dès la première heure d’ouverture. A 20h pile, les inscriptions ouvraient et nous étions devant notre ordinateur. 10 minutes plus tard, c’était fait. Je m’embarquais pour 10 jours de retraite du silence. 10 jours, sans parler, sans lire, sans écrire, sans faire de sport. 10 jours sans toucher à mon téléphone une seule fois. Mais surtout 10 jours de méditation, 10 heures par jour. Et je ne savais pas encore que c’était ce qui allait demander le plus d’effort.

Un entraînement en duo qui change tout

Très vite, Hesen et moi nous sommes motivées pour nous entraîner à méditer. Comme nous vivions ensemble, c’était plus simple. Nous méditions toutes les deux de façon sporadique depuis des années. Mais cette fois, il fallait s’entraîner. L’esprit est comme le corps. C’est comme un muscle que l’on fait travailler. On n’imagine pas courir un marathon sans entraînement. La méditation quotidienne était devenue notre entraînement pour le vipassana. Le soir, après le travail vers 19h, nous prenions 30 minutes pour méditer. Parfois difficiles, ces 30 minutes étaient vite devenues une petite “fête” pour nous. On se sentirait plus légères après. Et de temps en temps les sessions de méditation s’accompagnaient de plus de clarté sur certaines situations. Difficile de tenir le rythme au départ mais bizarrement, nous nous étions habituées à méditer régulièrement et c’était presque devenu naturel. Nous n’étions pas complètement régulières et on ne méditait pas les week-ends, mais on faisait au mieux. Etre deux aidait beaucoup et l’idée du petit rituel des soirs de semaine nous permettait de maintenir un rythme. On essayait de mettre toutes les chances de notre côté pour passer un bon moment de méditation : des dizaines de bougies allumées partout dans la pièce, parfois une musique de fond. Et tout simplement, nous mettions une alarme sur notre téléphone pour signaler la fin des 30 minutes de méditation. Après nos séances de méditation, nous échangions sur nos ressentis, les idées et pensées qui étaient venues, nos sensations physiques. Cette phase de débrief était très utile. Un jour nous avions essayé de méditer sur la plage mais le vent, le bruit et les distractions avaient rendu l’expérience plus difficile. Pour débuter, je vous conseille donc de méditer en intérieur, dans un lieu calme si possible.

Le Jour-J

Plus proche du départ, nous étions un peu plus inquiètes. Pas paniquées… simplement inquiètes. Cependant, dans la course, je pense qu’on ne réalisait pas vraiment ce que l’on s’apprêtait à faire. Sur le chemin, nous en avions profité pour parler sans discontinuer ! Et nous sommes allées acheter une montre ! En effet, j’avais pour habitude de regarder l’heure sur mon portable depuis des années mais sans portable pendant 10 jours, la montre devenait indispensable 🙂 Quelques heures plus tard, l’expérience Vipassana commençait. Et ces 10 jours allaient tout changer.

Pour lire l’expérience du Vipassana, c’est ici !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici