À 25 ans, Laurie a décidé de se réorienter. Jusque là, rien d’étonnant. Après deux ans de formation, elle a quitté son emploi et a commencé sa nouvelle activité. C’est ainsi qu’elle est passée du monde de la finance à celui de… l’hypnose! Et là, ça devient beaucoup plus étonnant et intéressant. Comment cet esprit cartésien et rationnel, habitué à manipuler des chiffres à longueur de temps, bascule un jour dans ce nouvel univers ? 

Entre séances d’hypnose, formations et rédaction d’articles pour divers magazines, Laurie a réussi à nous accorder du temps. Et c’est avec beaucoup de gentillesse qu’elle a répondu à toutes nos questions.

Quelle est la première chose que tu fais en te levant ?

Je ne vais pas être très originale mais c’est prendre mon petit-déjeuner, tout simplement. C’est le moment de démarrage de ma journée et c’est important pour moi de le prendre.

Qu’est-ce qui te donne de l’énergie le matin ?

Penser à la journée que je vais passer, à mes rendez-vous de programmer.

Et en général ?

Mon métier, j’aime vraiment ce que je fais.

Sinon la musique aussi, j’écoute un peu de tout et depuis peu je fais de la batterie !

J’aime aussi passer du temps avec mes proches.

De la batterie. Pourquoi cet instrument en particulier ?

Je suis très « rythme », très percussions, et justement je crois aussi, mine de rien, qu’il y a un côté hypnotique dans la batterie. J’aime aussi le fait qu’on utilise le corps et qu’il faille se coordonner. 

Quel livre a changé ta vie ?

Croyances et santé de Robert Dilts.

Ce livre m’a parlé. L’idée principale que j’en ai retenu est que nos croyances définissent beaucoup de choses dans notre mode de fonctionnement, dans qui nous sommes, certaines très utiles et d’autres qui peuvent nous limiter.

Une citation que tu aimes et pourquoi ?

« La logique vous mènera d’un point A à un point B, l’imagination vous mènera partout. » d’Albert Einstein.

J’aime beaucoup cette phrase et le fait qu’un scientifique intègre l’idée que l’imagination puisse mener bien plus loin que le raisonnement uniquement cartésien, logique, qui peut parfois nous restreindre.

Tu as quinze minutes supplémentaires dans ta journée, comment les utilises-tu ?

J’écoute de la musique ou je bouquine.

Quel conseil aurais-tu donné à la personne que tu étais il y a dix ou vingt ans ?

Écoute-toi et continue ton chemin.

Comment la médecine douce a-t-elle fait son apparition dans ta vie ?

Vers 25 ans, j’ai commencé à me poser des questions par rapport à mon métier, je ne me sentais pas en adéquation avec moi-même et je trouvais que mon métier manquait de sens. J’ai alors testé l’hypnose et ça m’a plu. 

L’hypnose est une thérapie brève, ce qui colle à mon tempérament, je ne suis pas patiente. J’ai aimé l’état d’hypnose en lui-même. C’est un état agréable. Même si on est en train de vivre une période difficile, il nous permet de recréer une forme de bien-être, de se libérer de certaines choses, d’un poids. 

Après quand je dis que c’est assez rapide ça dépend quand même des personnes, mais c’est relativement rapide par rapport à d’autres thérapies plus classiques.

Comment t’es-tu tournée vers le métier de thérapeute ?

J’ai eu un véritable coup de cœur pour l’hypnose et j’ai senti qu’il y avait quelque chose en moi qui me disait d’aller vers ça.

Pendant un moment j’ai continué à travailler dans la finance mais le soir et les week-ends, je prenais le temps de me former et de m’entraîner, de beaucoup m’entraîner, car l’hypnose n’est pas un don, ça s’apprend et se travaille.

Au bout de deux ans j’ai senti que ça pouvait décoller et là j’ai quitté mon boulot en finance. Maintenant ça fait trois ans que je ne fais que ça.

Qu’est-ce que tu aimes dans ce que tu fais ?

J’adore accompagner les gens, le rapport humain, et voir aussi qu’il y a quelque chose qui évolue, qui avance, qui accompagne la personne de là où elle est vers là où elle veut aller. 

Comment définis-tu ton approche ?

Il y a plusieurs types d’hypnose. Je suis orientée un peu plus hypnose Ericksonnienne. Pas facile à résumer. En fait Erickson était un très grand hypnotiseur qui a révolutionné le monde de l’hypnose à son époque. Son idée est d’utiliser le plus large panel d’outils possible pour s’adapter à la personne. 

Il existe différentes manières d’hypnotiser, de travailler, en fonction de la personne, de ses besoins ou de son objectif. On ne met pas les personnes dans des cases en hypnose, on les prend telles qu’elles sont et on s’adapte. 

Et comment définis-tu l’hypnose ?

Pas facile encore, il y a tellement de définitions et même les scientifiques ne s’accordent pas encore. Je dirais que c’est un état qui nous permet d’avoir accès à des ressources qu’on a en nous mais qu’on a oubliées ou qui sont bloquées. C’est aussi toutes les techniques qui nous permettent d’accéder à ces choses qui nous échappent constamment et que consciemment, on n’arrive pas à modifier. Là, en état d’hypnose, on arrive à accéder à cette partie-là de nous même. Je trouve ça fou!

Une séance-type ?

Il y a toute la première partie où on définit la problématique de la personne ou ce qui l’amène. Puis je pose des questions pour définir son objectif, là où elle veut aller, et après on l’amène au fur et à mesure dans l’hypnose par l’induction pour mettre en place ce qu’on a définit juste avant ensemble. C’est un travail qui se fait ensemble, c’est très important. 

Perdre le contrôle, est-ce fréquent en hypnose ? 

Il y a beaucoup de croyances autour de l’hypnose, dont de fausses croyances. L’hypnose n’est pas une perte de contrôle. Plus tu es dans cet état de bien-être, plus tu peux avoir conscience de ce qu’il se passe. On ne fait jamais rien contre son gré en hypnose.

De même, revivre des moments douloureux, est-ce inévitable ?

Inévitable non, tout dépend de ce qui amène la personne et comment ça se présente chez elle.

Il arrive qu’on travaille sur des choses que l’inconscient nous a fait oublié consciemment pour de bonnes raisons (ça peut être pour nous protéger), on peut alors travailler sur cette partie de l’inconscient sans que ça ressurgisse forcément sur notre conscient. 

Et il nous arrive de travailler sur des moments douloureux mais cette fois-ci, dans l’objectif de s’en libérer et d’en ressortir de la séance en se sentant mieux.

On constate derrière que la personne va mieux, elle même le remarque, elle s’est libérée de quelque chose.

Quelles techniques conseilles-tu ou celles qui t’ont le plus aidée ?

Je pratique l’auto-hypnose. C’est quelque chose que je recommande. C’est un outil facile d’accès quand on a compris le fonctionnement. Après je ne le recommande pas sur les grosses problématiques mais plus en accompagnement ou pour les petites choses du quotidien.

Quel serait ton conseil pour une personne qui cherche à mieux se connecter à elle-même ?

Apprendre à s’écouter, apprendre à écouter ses ressentis. Il y a des personnes à qui ça parle et d’autres à qui ça parle un peu moins, tout dépend de la manière dont on arrive à se connecter à son corps et à ce qu’il se passe à l’intérieur de soi. Mais s’écouter c’est vraiment le plus utile selon moi. C’est comme ça qu’on pourra s’orienter vers ce qui nous convient. 

Ton conseil pour une personne qui recherche plus de bien-être ?

Ça revient un peu à ce que je disais avant, apprendre à s’écouter, car tout le monde ne va pas trouver les solutions au même endroit. Pour certaines personnes ça peut passer par le corps, du coup le yoga pourrait bien convenir, pour d’autres ça passera plus par l’imagination, le ressenti, l’hypnose leur correspondra mieux. Chacun trouve des solutions dans différentes approches. Il n’y a pas de solution toute faite, ça dépend de chacun. 

Des projets ?

Je suis en train de me former à côté en RITMO/EMDR (Retraitement de l’Information Traumatique par les Mouvements Oculaires/ Eye Movement Desensitization and Reprocessing) pour à terme m’en servir en séance. Je pourrais l’utiliser pour certains types de sujets, comme tout ce qui est traumatisme par exemple. Mais je ne vais pas l’utiliser avec tout le monde. Ça dépendra avant tout de la problématique.

Comment peut-on te contacter ou prendre rendez-vous ?

Je suis sur Doctolib. Sinon par téléphone, mail ou via mon site.

Pour aller plus loin : 

Pour contacter Laurie:

https://www.doctolib.fr/hypnotherapeute/paris/laurie-le-borges

Site internet : https://www.hypnose-paris-10.com/ 

Blog : http://www.hypnose-paris-10-blog.com/ 

Téléphone : 06 83 98 01 24

Mail : Laurielb.hypnose@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici