Si vous n’avez pas encore lu mon article sur l’intuition, rendez-vous ici.

Et je vous conseille avant de commencer cette partie II, de commencer par la partie I.

La découverte de mon magnétisme

Quand on se revoit le samedi suivant chez Olivia, on refait du yoga Kundalini. Et je ressens une chaleur encore plus intense de nouveau, surtout dans mes mains encore. C’est juste dingue. On dirait que je peux lancer des boules de feu… non, on n’est pas dans un épisode de DragonBall Z pourtant! Je questionne de nouveau Olivia sur le sujet et elle me parle de magnétisme. ‘Tu avais peut-être beaucoup de magnétisme en toi qui était endormi jusqu’ici. Penche-toi sur le reiki, peut-être tu pourrais apprendre à te soigner toi-même’. Mais encore?! (Vous imaginez ma tête déconfite!) En réfléchissant maintenant, je comprend qu’elle voulait surtout que je fasse mon chemin à ce sujet.


Je fais mes recherches. Je parle à mes copines, dont celle qui m’a parlé de chakra la première. Elle me raconte qu’elle a justement fait sa première séance de reiki auprès d’un praticien récemment. Elle me dit que cela a remué beaucoup de choses en elle. Qu’elle est tombée “malade” ensuite. Mais que ça va mieux maintenant.

Au travail, ma manager est comme moi, assez tournée vers le yoga, les plantes… même si elle est en finance. On avait formé notre ‘hippy corner’ d’ailleurs, notre coin au bureau où nous étions assises, avec nos sprays d’huiles essentielles et nos thés bio dans nos tirroirs. Je lui parle de mes expériences et de suite, elle me dit: ‘Tu devrais vraiment creuser sur cette piste du reiki (qu’elle connaissait, elle). Et aussi prend note des instants où tu ressens cette chaleur quand tu es proche de certaines personnes en particulier, ou bien lorsque tu évoques certains sujets peut-être!’ Moi qui adore les listes et les exercices d’écriture, je m’attelle à la tâche.

Savoir ce qui est important pour moi

Immédiatement, encore au boulot pourtant (mais que voulez-vous, une telle liste à écrire empêche de se concentrer!), je réfléchis rapidement. Une de mes passions du moment, c’est clairement le yoga. Et rien qu’en y pensant, boum, ça chauffe dans mes mains.
La deuxième chose qui me préoccupe énormément, c’est l’écologie, la protection de l’environnement. Je suis en discussion à ce moment là avec le directeur d’une ONG qui oeuvre en Australie contre la pollution plastique des océans. Par la pensée, je déclenche une onde électrique en moi. Les indices sont là. Par contre, si je songe à mon travail par exemple, là … eh bien bizarrement, ça ne me fait rien! Rien de rien! 😉

Puis, je me dis que je vais prêter attention à ce que je vis au contact des gens qui m’entourent. La première personne que je retrouve le soir, c’est mon petit ami de l’époque. Je ressens une forte onde magnétique à ses côtés. Ouf, c’est bon signe! Puis, je parle à ma famille le soir, et j’expérimente la même chose. Dans les semaines qui vont suivre, je prend conscience de ce que je vis au contact de chacun. Et d’étonnantes choses se passent parfois. Certains amis commencent à ne vraiment plus ‘coller’ avec moi, le courant ne passe plus. Je me sens même mal en leur présence. Cela ne veut pas dire qu’ils sont mauvais ou méchants nécessairement mais que je dois simplement mettre en pause ces relations. Ce que je vis au travail est encore pire, sauf avec ma manager, avec qui je me sens toujours en osmose. Cependant, alors qu’il est facile d’arrêter de voir certains ‘amis’, il est beaucoup plus difficile d’arrêter de voir ses collègues ou ses supérieurs… Et alors que seule ma directrice semble encore en phase avec moi au travail, elle m’annonce qu’elle donne sa démission car l’industrie ne lui correspond pas. Evidemment, cela me fait écho. Malgré son départ, je reste, au moins encore un peu.

Quand le corps et l’esprit vont de pair.

Je m’étais déjà moi-même posé des questions sur ma carrière, si je voulais continuer en Finance, si je voulais toujours travailler dans des grands groupes… Et très vite, mon corps m’appelle à l’ordre. En effet, j’avais une vieille blessure qui me faisait de temps à autre mal aux cervicales. Un incident au Vietnam, où je me suis faite tirer mon sac à l’arrachée, à la suite de quoi je me suis retrouvée à terre avec un coup du lapin. Surtout plus de peur que de mal au final, mais c’était parfois très douloureux car il arrivait qu’un nerf se coince dans une de mes cervicales.

Il se trouve alors qu’avec ses chamboulements ‘énergétiques’, ce fameux nerf décide de se coincer dans mon cou, et cette fois venant déclencher des douleurs jusque dans mes doigts. Or, dans mon métier, je suis constamment sur Excel et à taper sur un clavier. Cette douleur ne passait pas, malgré des séances chez l’ostéo, malgré des antidouleurs forts. J’ai même pris de la codéine…! Je me retrouve donc à ne plus pouvoir exercer mon emploi pendant 3 semaines. C’est assez déroutant et là je commence à me demander ce que je vais pouvoir faire comme métier si je ne peux plus utiliser mes mains… Pourtant, je peux vous dire que j’avais déjà pensé 100 fois à tous les métiers possibles que je souhaiterais exercer un jour (de fermière à institutrice lorsque j’étais petite, puis véto, en passant par fleuriste quand j’étais en classe prépa et enfin plus récemment…allez devinez… oui, prof de yoga!) , tous nécessitent l’usage de ses 10 doigts. Quoi, je dois encore réfléchir à une autre orientation?!

Et c’est à ce moment-là que je rencontre Pauline. Et ceci, fera l’objet d’un autre article.

Finalement, je retourne au travail. Malgré un aménagement de poste, ma santé se redégrade très rapidement. Je me souviens avoir l’envie de fondre en sanglots dès lors que je met les pieds au travail. C’est encore pire lorsque je me retrouve à côté de certains collègues aux dents longues. Là je comprends que je vais devoir partir définitivement. Je songe notamment au fait que tout comme mon ancienne manager, l’industrie ne me convient plus depuis déjà quelques mois. Que j’ai besoin de plus de sens aussi dans mon quotidien que de remplir des feuillets Excel ou parler de budget et de comment améliorer la marge d’une multinationale qui fait déjà tellement d’argent, alors que pour moi le sort de la planète devient ma préoccupation principale. Je décide alors, sans plan B, de quitter ma compagnie. Pour la première fois de ma vie, j’écoute cette petite voix, mon intuition! Mais en fait, je n’ai pas le choix. Comme explique Aurore dans son article, “elle décide, je suis”. Car cela tambourine dur et il m’est impossible de ne pas prêter attention aux signes.

Et là, évidemment, mes problèmes de santé disparaissent vite. En fait, je ne sais pas encore à ce moment que je ne pourrais plus faire machine arrière: quand je ne le sentirais plus, je ne serais plus jamais capable de faire semblant dans ma vie!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici